Bienvenue!

Bienvenue sur ''Plume de Vie'', le blog de Florence Pungong.

"Plume de Vie" propose une réflexion différente et profonde sur le sens de la foi chrétienne.

Vos commentaires aideront à améliorer la qualité du service et pourront même inspirer de futurs articles. N'oubliez pas de vous abonner si vous voulez être notifiés de leur arrivée.

Une version anglaise de ce blog est disponible à l'adresse suivante: www.lifeflowingpen.com

Bonne visite et que Dieu vous bénisse !

Florence P.
En CHRIST JESUS Seul...

lundi 13 octobre 2014

Philippe et l’eunuque éthiopien : Réflexion autour de leur rencontre


Ac 8.26-40, « Un ange du Seigneur, s'adressant à Philippe, lui dit: Lève- toi, et va du côté du midi, sur le chemin qui descend de Jérusalem à Gaza, celui qui est désert. Il se leva, et partit. Et voici, un Éthiopien, un eunuque, ministre de Candace, reine d'Éthiopie, et surintendant de tous ses trésors, venu à Jérusalem pour adorer, s'en retournait, assis sur son char, et lisait le prophète Ésaïe. L'Esprit dit à Philippe: Avance, et approche- toi de ce char. Philippe accourut, et entendit l'Éthiopien qui lisait le prophète Ésaïe. Il lui dit: Comprends- tu ce que tu lis? Il répondit: Comment le pourrais- je, si quelqu'un ne me guide? Et il invita Philippe à monter et à s'asseoir avec lui... L'eunuque dit à Philippe: Je te prie, de qui le prophète parle-t-il ainsi? Est-ce de lui- même, ou de quelque autre? Alors Philippe, ouvrant la bouche et commençant par ce passage, lui annonça la bonne nouvelle de Jésus. Comme ils continuaient leur chemin, ils rencontrèrent de l'eau. Et l'eunuque dit: Voici de l'eau; qu'est- ce qui empêche que je sois baptisé? Philippe dit: Si tu crois de tout ton cœur, cela est possible. L'eunuque répondit: Je crois que Jésus-Christ est le Fils de Dieu. Il fit arrêter le char; Philippe et l'eunuque descendirent tous deux dans l'eau, et Philippe baptisa l'eunuque. Quand ils furent sortis de l'eau, l'Esprit du Seigneur enleva Philippe, et l'eunuque ne le vit plus. Tandis que, joyeux, il poursuivait sa route, Philippe se trouva dans Azot, d'où il alla jusqu' à Césarée, en évangélisant toutes les villes par lesquelles il passait»

Il y a plusieurs actes étranges ou surnaturels dans ce passage. Tout dabord, un ange sadresse à Philippe. Lui est-il apparu physiquement comme à Abraham et Pierre (Gen 18, Ac 12) ou en rêve? Je ne le sais ; mais je suis certaine qu’il n’avait pas de grandes ailes et des vêtements blancs. Il lui apparaît donc et lui demande de se lever et d’aller dans une certaine direction. Philippe sexécute immédiatement, contrairement à la majorité dentre nous qui naurait pas bougé sans préalablement en savoir le POURQUOI. C’est important 1) de savoir reconnaître Dieu quand Il se déguise, 2) De ne pas discuter avec Lui mais d’être diligent à obéir.

Ensuite, le St-Esprit dit à Philippe de s’approcher du char -vraisemblablement tiré par un ou plusieurs chevaux-; ce qui oblige Philippe à courir. Ceci suppose que le Seigneur a certainement décuplé son énergie et sa vitesse pour qu’il arrive à accomplir cet exploit en plein soleil. Et Il peut faire de même pour toi aujourd'hui.

Puis, cet éthiopien lisait les Saintes Écritures écrites en Hébreu et Araméen, c.-à-d. d’autres langues que la sienne. Où et quand a-t-il appris lHébreu ? Nous savons qu’il s’était converti au judaïsme, car il était allé à Jérusalem pour adorer. Après avoir fini avec le culte public, il a continué à sonder les Écritures. Il avait soif de Dieu et en retour, Dieu a accompli pour lui, la promesse de  Ésaïe 56.3-7: « Que l'étranger qui s'attache à l'Éternel ne dise pas: L'Éternel me séparera de son peuple! Et que l'eunuque ne dise pas: Voici, je suis un arbre sec! Car ainsi parle l'Éternel: Aux eunuques qui garderont mes sabbats, qui choisiront ce qui m'est agréable, et qui persévéreront dans mon alliance, Je donnerai dans ma maison et dans mes murs une place et un nom préférables à des fils et à des filles; Je leur donnerai un nom éternel, qui ne périra pas. Et les étrangers qui s'attacheront à l'Éternel pour le servir, pour aimer le nom de l'Éternel, pour être ses serviteurs, tous ceux qui garderont le sabbat, pour ne point le profaner, et qui persévéreront dans mon alliance, Je les amènerai sur ma montagne sainte, et je les réjouirai dans ma maison de prière; leurs holocaustes et leurs sacrifices seront agréés sur mon autel; Car ma maison sera appelée une maison de prière pour tous les peuples. » Alléluia ! Dieu est Fidèle. Si tu le cherches sincèrement Il enverra quelqu’un vers toi pour te faire sortir de la situation difficile dans laquelle tu te trouves. Il l’a fait pour le Ministre des Finances éthiopien et Il l’a fait pour Corneille (Ac 10). La clé est dans la soif. Ceux qui ont soif (de Dieu) seront abreuvés et désaltérés.

L’eunuque invite Philippe à monter dans son char... Imaginez-vous dans un pays étranger, sur une route déserte. Soudain, vous apercevez quelqu’un qui court vers vous à une vitesse phénoménale. Quelle sera votre réaction ? Monsieur le Ministre a invité l’inconnu à monter dans son char... Ceci ne peut être que (la préparation de) Dieu. Qu’est-ce qui empêche que je sois baptisé ? Rien, si tu crois de tout ton cœur. Je crois que Jésus est le Fils de Dieu. Et Philippe le baptise. N’avons-nous pas trop compliqué les choses dans les églises ? Enfin, ce n’est qu’une question…

Après ceci, l’Esprit de Dieu enlève Philippe qui disparaît de devant l’eunuque. Comment? Aucune idée.  Pourquoi ne pas avoir utilisé ce mode de transport la première fois, au lieu de le faire courir dans le désert?  Toujours aucune idée; mais Dieu est Souverain et polymorphe. Il n’a pas qu’une seule façon d’agir. Évitons de L’enfermer dans le moule de nos expériences. Il est prêt à faire quelque chose de nouveau chaque jour, chaque semaine, chaque mois. Tout dépend de notre coopération. Comme dit mon pasteur, nous sommes des esprits. Un autre de mes pasteurs aimait à dire que nous étions des esprits vivant dans des corps et possédant une âme. Les sorciers ont très bien compris cela et ils laissent les démons (d'autres esprits) les utiliser à volonté dans des aventures de téléportation. Ils se baladent la nuit par la puissance de Satan. Mais cette histoire nous démontre que le Saint Esprit peut aussi nous déplacer d’un endroit à un autre, en plein jour, non pour que nous fassions étalage de nos 'pouvoirs', mais pour les besoins de l’Évangile. Une fois de plus, tout dépend de la manière dont nous coopérons avec Lui. Tout dépend de la diligence avec laquelle nous réagirons quand il nous dira la première fois : « Lève-toi et va sur tel chemin », sans plus de précisions.

Cette semaine est une semaine exceptionnelle. C’est la semaine que l’Éternel a faite et elle est enceinte de plusieurs opportunités. Si tu as réellement soif de Dieu et que tu es docile, diligent(e) et disposé(e) à servir, tu ne manqueras pas de voir la main de Dieu sur ta vie, de façon inhabituelle, cette semaine.


Bonne semaine à tous et que Dieu vous bénisse.

Joyeux 15ème anniversaire à ma fille Christelle. Telle Christ, tu es réellement. Que la bonne main de notre Seigneur continue de reposer sur toi alors que tu continues de croître en foi, en connaissance, en sagesse, en faveur et en grâce devant Lui. Je t’aime.

lundi 6 octobre 2014

Un temple en cache un autre…

Lc 19.45-46, « Il entra dans le temple, et il se mit à chasser ceux qui vendaient, leur disant: Il est écrit: Ma maison sera une maison de prière. Mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs. »

Un passage parallèle en Jean 2, nous apprend qu’il s’agissait de vendeurs de bœufs, de brebis et de pigeons, ainsi que des changeurs (vs 14). Il les a tous chassé en disant : « Otez cela d'ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. » La plupart des interprétations qui découlent généralement de ces passages sont souvent très littérales :
  •        L’église locale ne doit pas être un lieu de commerce.
  •        Jésus condamne ceux qui pensent à faire des affaires alors qu’ils sont supposés s’adonner à des activités religieuses ou encore, ceux qui utilisent le ministère pour s’enrichir. 

Revenons cependant au contexte historique du texte. Le temple de Jérusalem était le point central de l’activité religieuse. C’est là que le peuple devait offrir les sacrifices requis par la Loi de Moise. Ceux qui habitaient beaucoup trop loin de la ville sainte voyageaient avec l’équivalent monétaire de leur dime et utilisaient cet argent pour racheter les pigeons, brebis ou bœufs correspondant à leur dîme dans les parvis du temple (Deut 14.22-26). D’autre part, seule la monnaie juive était autorisée dans le temple; or dans le reste de l’empire, c’est la monnaie romaine –à l’effigie de César– qui était en circulation ; d’où la présence des changeurs dans le temple. Tout ceci était prévu par la Loi et c’est donc clair que ce n’est pas le commerce en tant que tel, mais le trafic, le vol, que Jésus condamne. En effet, des personnes peu scrupuleuses exploitaient la situation en utilisant des taux de change abusifs et en vendant les bêtes destinées au sacrifice à des prix exorbitants ; et malheureusement, les pauvres pèlerins n’avaient pas d’autre choix que de changer leur monnaie et d’acheter ce dont ils avaient besoin pour les sacrifices. C’est contre ce vol organisé, ce trafic et cette exploitation de leurs propres frères que Jésus s’insurge. Il n’y a donc aucun mal à vendre des choses à l’église ; tout dépend de ce que l’on vend et à quel prix on le vend. Il ne faut pas exploiter les fidèles et il ne faut pas mettre n’importe quoi dans le trésor sacré. Les juifs n’acceptaient pas de la monnaie romaine. Vendre des articles religieux ou de la nourriture est une chose. Vendre des habits, des chaussures ou des DVDs de kung-fu est une autre chose…

Quand les juifs demandent à Jésus de quel droit Il se permet d’agir ainsi, Il leur répond : « Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai » et Jean ajoute plus loin qu’Il parlait du temple de son corps (Jn 2.18-21). Autrement dit, derrière toute cette histoire de Temple se cache une autre histoire de temple. Jésus passe du Temple de Jérusalem au temple de Son corps et de la même manière nous devons passer de l’église locale aux temples du Dieu Vivant que nous sommes (1Cor 3.16). Nous sommes supposés être des ‘maisons de prière’; des lieux d’adoration; des endroits d’où s’élèvent vers le Seigneur, des parfums de bonne odeur. Mais trop souvent, nous détournons nos temples de leur usage originel et de leur utilisation légitime. Nous laissons entrer des voleurs et des trafiqueurs de tous genres –les mauvaises habitudes, les mauvaises pensées, les péchés et même, des démons…
Assez de tous ces intrus ! Chassons-les à coups de fouet. Retournons aux sources. Dis avec moi: Que le zèle de Sa maison [l’église locale] et le zèle de ma maison [le temple que je suis; l’accomplissement de ma destinée] me consument de nouveau, au Nom de Jésus. 


Bon débarras, bon nettoyage et bonne semaine en LUI!

A bientôt!

mardi 30 septembre 2014

Bribes de révélation: Les leçons de la nuit…

Jean 9.4, « Il faut que je fasse, tandis qu’il est jour, les œuvres de celui qui m'a envoyé; la nuit vient, où personne ne peut travailler. »

La nuit est un moment où l’on se repose afin de pouvoir être en forme le lendemain. C’est un moment où l’on dort, et donc, par analogie, un moment d’assoupissement spirituel et de baisse de vigilance. C’est aussi un moment où les forces des ténèbres sont « lâchées. »

Or, Jésus dit que la nuit vient où PERSONNE ne peut travailler. Personne, pas même Jésus. C’est Dieu qui a créé le temps et les saisons ainsi que l’alternance du jour et de la nuit. Cependant, Il a choisi de respecter l’autorité qu’Il a conférée à la nuit. C’est ainsi qu’Il a dit à Joseph de s’exiler en Égypte avec Marie et le bébé (Jésus), pour échapper à Hérode. Si, Dieu n’a pas mobilisé les armées du ciel afin de protéger Son Fils Unique et s’Il a plutôt conseillé la fuite, qu’en sera-t-il donc de nous ? Nous devons savoir que ce sera souvent le moment de ‘détaler’. Il dit en Ésaïe 43.2 : « Si tu traverses les eaux, je serai avec toi; et les fleuves, ils ne te submergeront point; Si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas, et la flamme ne t'embrasera pas. » Il n’a pas dit : « Devant les eaux et devant le feu, je te ferai voler ! » Autrement dit, les eaux et le feu ne vont pas disparaître. Nous devrons lutter avec les flots et boire la tasse de temps en temps ; et nous devrons aussi marcher dans le feu et nous brûler la plante des pieds, les poils et peut-être même les cheveux. Il promet simplement de rester à nos côtés afin de veiller à ce que nous ne soyons ni submergés, ni embrasés. En effet, ce n’est pas parce que personne ne peut agir que nous sommes pour autant abandonnés à nous-mêmes au milieu de nos nuits, comme Satan aime souvent nous le faire croire. En effet, le Seigneur ne sommeille ni ne dort et Il a placé des luminaires dans le ciel pour présider à la nuit: nos nuits ne sont donc jamais totalement obscures... Gloire à Dieu! (Ps 121.4, Gen 1.14-18).

L’homme fait cesser les ténèbres (Job 28.3). Jésus a peut-être ‘les mains liées’ pendant la nuit, mais la clé est entre nos mains. Nous pouvons (et devons) faire cesser les ténèbres. Il nous a donné le pouvoir de marcher sur toute la puissance de l’ennemi et Il attend que nous l’utilisions, que nous dominions et que nous triomphions de tous nos adversaires (Lc 10.19, Ps 110.2, Apoc 12.11).

Même lorsqu’une épreuve est absolument inévitable – Jésus devait mourir sur la Croix, nous allons mourir etc. – Dieu nous laisse quand même un certain degré de manœuvre. Par exemple, ce n'est pas parce qu'un chrétien va mourir de cancer, qu'il est obligé de mourir dans d’atroces souffrances. Il peut contrôler le degré de douleur et l’impact des effets secondaires de son traitement par la prière. En effet, parlant de la fin du monde sur laquelle Il n’a Lui-même aucun contrôle, Jésus dit : Priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat (Mat 24.20). Il ne dirait pas cela si notre prière n’avait aucune incidence. Or, si nous pouvons influencer les circonstances d’un jour comme la fin du monde, à combien plus forte raison pouvons nous infléchir les circonstances de notre nuit et de nos épreuves ? Dieu est prêt à collaborer avec nous, beaucoup plus que nous ne le réalisons. «Venez et plaidons !», dit-Il (Es 1.18). Mais soit nous ne venons pas, soit nous venons mais nous pleurons ou murmurons au lieu de plaider…

« La nuit en donne connaissance à une autre nuit. Ce n’est pas un langage, ce ne sont pas des paroles dont le son ne soit point entendu » (Ps 19.2-3). La nuit parle et chaque épreuve doit nous rendre plus sages. En effet, il est écrit que c’est pendant la nuit que Dieu nous parle et nous avertit par des songes et des visions et qu’Il met le sceau à ses instructions (Job 33.15-16). Pendant, la journée, nous sommes généralement trop distraits et Dieu doit souvent attendre la nuit pour avoir notre attention. C’est du creuset que sortent l’or et l’argent les plus purs et il n’y a pas mieux que les épreuves pour nous faire grandir. Même la nature nous apprend que c’est surtout pendant la nuit que les plantes croissent.

Enfin, quelle que soit la durée et la profondeur de la nuit, le jour finit toujours par paraître (Es 9.1-2). Chaque épreuve que Dieu permet dans notre vie arrive toujours avec sa porte de sortie ou sa date d’expiration (1Cor 10.13). Dieu ne veut pas que tu périsses dans la nuit, mais que tu réveilles, toi qui dors (au milieu de la nuit) et que tu sois éclairé car ta lumière, ta délivrance, ton salut, ta gloire arrivent, Alléluia ! (Eph 5.14, Es 60.1). N’oublie pas que divers métiers et activités ont lieu de nuit. Autrement dit, malgré les épreuves, la vie continue ; différemment certes, mais elle continue tout de même et nous devons continuer avec elle.

pour des raisons indépendantes de ma volonté, je n'ai pas pu poster d'articles récemment. Désolée. Je vous souhaite à tous une excellente semaine en Christ Jésus; et à ma fille, Anne-Florence, je souhaite un « Joyeux Anniversaire » tout spécial, ainsi qu’une pluie d’amour et de bénédictions.

A bientôt, grâce à Dieu!

lundi 8 septembre 2014

Amis de Dieu et coeur de Dieu (IV): Comportement d'amis

Pendant notre mois de l’amitié, je n’ai pas seulement médité sur les qualités de cœur des amis de Dieu ; mais j’ai aussi considéré ce que de véritables amis faisaient les uns pour les autres. Il y a notamment un récit qui m’a beaucoup édifiée à cet égard.

Mc 2.1-5, « Quelques jours après, Jésus revint à Capernaüm. On apprit qu’il était à la maison, et il s’assembla un si grand nombre de personnes que l'espace devant la porte ne pouvait plus les contenir. Il leur annonçait la parole. Des gens vinrent à lui, amenant un paralytique porté par quatre hommes. Comme ils ne pouvaient l'aborder, à cause de la foule, ils découvrirent le toit de la maison où il était, et ils descendirent par cette ouverture le lit sur lequel le paralytique était couché. Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique: Mon enfant, tes péchés sont pardonnés. »

Nous apprenons ailleurs que ces quatre hommes étaient des amis du paralytique. L'histoire met en évidence leur détermination à voir leur ami guéri. Ils avaient résolu dans leur cœur que c’en était trop et que leur ami avait assez souffert. Ils se sont concertés entre eux et ils se sont rendus chez leur pote. Ils l’ont « ramassé », lui et sa couche et ils sont allés chez Jésus. Rien ne pouvait les arrêter ; ni la foule, ni le toit. « Qu'il tonne, pleuve ou neige, Jésus doit voir notre ami aujourd’hui. Il ne doit pas seulement le voir, Il doit trouver une solution. Il doit le guérir. On ne rentre pas avec lui comme ça. Nous n’allons pas le ‘re-porter’ avec son lit. Cette paralysie finit aujourd’hui ! » Voilà des amis tels que Dieu les aime et voilà pourquoi Il leur a donné plus que ce qu’ils étaient venus obtenir. Leur ami a obtenu le pardon de ses péchés (le salut) en plus de la guérison physique, gloire au Seigneur. 

Très souvent, on décide d’emmener des gens (parents, amis, voisins, collègues, compatriotes, frères et sœurs en Christ etc.) ou des situations devant le Seigneur, mais on les abandonne en chemin (= on cesse de prier) après les premiers obstacles. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis (Jn 15.14). Soyons jusqu’au-boutistes. N’arrêtons pas de prier avant que Dieu ait intervenu en notre faveur et en faveur de ce pour qui ou pour quoi nous prions. 

Je prie que Dieu fasse de merveilleuses choses pour vous, alors que vous grandissez dans Son amitié. A la semaine prochaine.

lundi 1 septembre 2014

Amis de Dieu et coeur de Dieu (III)

Passons maintenant au deuxième personnage, Moise. En Exode 32, nous voyons les enfants d’Israël sombrer dans l’idolâtrie. Ils se fabriquent un veau d’or et déclarent que c’est grâce à lui qu’ils sont sortis d’Égypte ! La colère de Dieu s’enflamme contre eux et Il prend la décision de les détruire, mais d’épargner Moise et de faire de lui, une grande nation (vs 8-10). En bon ami de l’Eternel, Moise est évidemment dans le secret de tout ceci. Comme Abraham, il intercède pour le peuple, mais il va encore plus loin. Il dit au Seigneur : « Pardonne maintenant leur péché! Sinon, efface- moi de ton livre que tu as écrit » (vs 32) ! Moise ne refuse pas seulement toutes les bénédictions terrestres que Dieu lui promet, mais il refuse aussi de passer l’éternité avec un Dieu, un ami, capable d’une telle ‘cruauté’. Quelle leçon !

En effet, les amis de Dieu ont une passion sans borne pour le peuple de Dieu. A l’instar du Seigneur, ils sont prêts à mourir et à quitter l’éternité et la présence de Dieu pour Son peuple. Jésus a quitté la gloire qui était la Sienne au ciel ainsi que la compagnie de son Père, pour passer plusieurs années au milieu de nous et mourir sur la Croix en portant nos péchés à tous. Il a accepté que Dieu détourne son regard de Lui et a passé trois jours et trois nuits dans le séjour des morts – d’aucuns disent aux enfers, c.à.d. en dehors du livre de vie – afin d’arracher à Dieu notre salut. Voilà également ce que Moise était prêt à faire pour les enfants d’Israël ; et Dieu les a exaucés tous les deux. Il s’est repenti du mal qu’Il avait résolu de faire à son peuple (Ex 32.14) et Il a pardonné l’humanité toute entière en Jésus.

Aujourd’hui, tout ce qui nous intéresse, c’est nous, nous et nous-mêmes. Nos enfants, nos conjoints, nos maisons, nos voitures, notre travail; voilà tout ce qu’on essaye de sauver devant Dieu. Même quand on semble intéressé par notre église ou notre quartier, ce n’est pas par véritable compassion ; c’est juste parce qu’on en a besoin ; notre prière est donc intéressée. 

Si nous voulons devenir des amis de Dieu afin de jouir de ses bénédictions, de sa protection/repos ; si nous voulons qu’Il nous confie ses secrets et qu’Il augmente notre productivité, alors nous devons aimer Son peuple avec passion et désintéressement et nous devons être prêts à donner notre vie pour lui (Jn 15.13). Donner sa vie, c’est donner son temps, ses biens, ses talents, ses ressources etc. de façon sacrificielle.


Bonne semaine en Christ Jésus et à la semaine prochaine pour la suite et fin de cette série.