Bienvenue!

Bienvenue sur ''Plume de Vie'', le blog de Florence Pungong.

"Plume de Vie" propose une réflexion différente et profonde sur le sens de la foi chrétienne.

Vos commentaires aideront à améliorer la qualité du service et pourront même inspirer de futurs articles. N'oubliez pas de vous abonner si vous voulez être notifiés de leur arrivée.

Une version anglaise de ce blog est disponible à l'adresse suivante: www.lifeflowingpen.com

Bonne visite et que Dieu vous bénisse !

Florence P.
En CHRIST JESUS Seul...

lundi 25 mai 2015

Savoir demander: le véritable secret de la prospérité (suite et fin)

La semaine dernière, je disais que Dieu a été si ‘impressionné’ par la requête Salomon qu’Il l’a exaucé et béni sans mesure : « Puisque c’est là ce qui est dans ton cœur, puisque tu ne demandes ni des richesses, ni des biens, ni de la gloire, ni la mort de tes ennemis, ni même une longue vie, et que tu demandes pour toi de la sagesse et de l’intelligence afin de juger mon peuple sur lequel je t’ai fait régner, la sagesse et l’intelligence te sont accordées. Je te donnerai, en outre, des richesses, des biens et de la gloire, comme n’en a jamais eu aucun roi avant toi et comme n' en aura aucun après toi. » 2Chr 1.11-12

Puis, nous avons commencé à voir que pour jouir d’une faveur similaire, il fallait suivre l’exemple de Salomon et :
           1. Honorer le Seigneur
           2. Faire attention, aimer et s’occuper du peuple de Dieu.
Vous pouvez lire ces points en détail ici. Mais si tu veux être riche et prospère, il y a une dernière chose que tu dois faire :  


3. Ne sois pas égoïste ou égocentrique dans tes prières 
Jacques dit : « Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions. Adultères que vous êtes! ne savez- vous pas que l 'amour du monde est inimitié contre Dieu? Celui donc qui veut être ami du monde se rend ennemi de Dieu »(4.3-4) Considère bien la réponse de Dieu à Salomon et tu noteras que, dans un ton qui n’est pas très positif, Il fait allusion au Top 5 de ce que les chrétiens demandent le plus dans leurs prières:    

  • Les richesses – la version FC dit devenir ‘très riche’ – Dans la situation de Salomon, beaucoup de chrétiens auraient demandé de l’argent. « Donne-moi dix millions de dollars ! » Ils croient qu’une telle somme règlera à jamais tous leurs problèmes. Pourtant, des milliardaires meurent de cancer. Des milliardaires se suicident ; divorcent plusieurs fois ; font faillite ou ont des enfants irresponsables. L’argent ne fait pas nécessairement le bonheur…
  • Des biens – D’autres chrétiens auraient demandé des maisons, des voitures, une Ferrari (peu importe les routes de leur ville), un jet, des vêtements et des chaussures griffés, des gadgets électroniques etc. L’amour et la convoitise des choses du monde (1Jn 2.16-17)…
  • La gloire – D’autres chrétiens auraient demandé tout ce qui pourrait leur permettre de briller aux yeux des gens : les positions, la célébrité. Ils veulent être des stars politiques, du showbiz et même des stars de l’évangile ! « Seigneur, je veux prêcher devant des milliers de personnes. » Cependant, si on sonde le cœur de cette personne, ce n’est pas vraiment le désir de sauver des milliers qui la motive, c’est secondaire ; c’est plutôt le désir de paraître et de faire le show devant des foules. Et si la vidéo peut devenir virale sur les réseaux sociaux, c’est encore mieux. L’orgueil de la vie (1Jn 2.16)…
  • La mort des ennemis – Une autre spécialité chrétienne : les prières imprécatoires. Tuer les ennemis réels ou supposés à coups de prières. Les ‘griller’ avec le feu du St-Esprit ! Qu’est-il advenu de : « Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux… Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous? …Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d’extraordinaire? Les païens aussi n’agissent-ils pas de même ? » (Mat 5.44-47) Sur la Croix, Jésus aurait pu dire un seul mot et tous ses ennemis seraient morts en une seconde ; mais quand Dieu lui a demandé ce qu’Il voulait, Il a plutôt dit, « Pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font. »
  • Une longue vie – Malgré tout ce que la Bible dit au sujet du ciel, beaucoup de chrétiens ont peur de mourir. Ils veulent rester sur terre et jouir de cette vie le plus longtemps possible. Ils chantent les merveilles de la présence de Dieu, mais si le Seigneur devait les prendre littéralement au mot et dire : « Puisque tu soupires tant après le ciel et ma présence, viens ! » Vous verrez la panique et vous entendrez les pleurs et les supplications. Dieu veut que nous L’adorions en esprit et en vérité.
Analyse les prières que tu as faites ces derniers mois. Dans quelle catégorie tombent-elles ? As-tu prié pour le salut des âmes ? La sagesse pour bien faire ton travail ? La sagesse et le discernement dans ton rôle de parent ou d’époux ? La sagesse pour conduire le peuple de Dieu ? Tes prières visent-elles les intérêts de Dieu ou bien les tiens ? Si tu veux que Dieu s’occupe de tes besoins et désirs, fais de Lui tes délices (Ps 37.4) ; occupe-toi d’abord de ce qui Lui tient à cœur et le reste suivra : « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus » (Mat 6.33).

Voilà le secret et il n’y en a pas d’autre – à moins que tu choisisses de te prosterner devant le diable (Mat 4.8-9). Pour paraphraser mon pasteur, ne demande pas à Dieu de bénir ce que TU fais et ne lui demande pas ce que TU veux. Trouve plutôt ce qu’Il est entrain de bénir et fais-le, trouve ce qu’Il désire, ce qu’Il aime, et demande-le, car quand on demande quelque chose selon sa volonté (son désir), Il écoute et exauce la demande, quelle qu’elle soit (1Jn 5.14-15).


À ta prospérité !

lundi 18 mai 2015

Savoir demander: le véritable secret de la prospérité

« Dieu dit à Salomon: Puisque c’est là ce qui est dans ton cœur, puisque tu ne demandes ni des richesses, ni des biens, ni de la gloire, ni la mort de tes ennemis, ni même une longue vie, et que tu demandes pour toi de la sagesse et de l’intelligence afin de juger mon peuple sur lequel je t’ai fait régner, la sagesse et l’intelligence te sont accordées. Je te donnerai, en outre, des richesses, des biens et de la gloire, comme n’en a jamais eu aucun roi avant toi et comme n'en aura aucun après toi. » 2 Chroniques 1.11-12
Salomon vient d’offrir mille holocaustes au Seigneur. Dieu est ‘impressionné’ et Il lui dit de demander ce qu’il veut. Salomon demande la sagesse et l’intelligence pour bien conduire le peuple de Dieu. Dieu est de nouveau ‘soufflé’ et Il s’engage à lui donner tout ce qu’il a demandé, et même davantage. Pourquoi ? Si tu veux être riche et prospère, imite Salomon.

1. Honore le Seigneur
Salomon venait de perdre son père. Il était en deuil. Mais, au lieu de s’enfermer dans son palais à pleurer, refuser de manger et en vouloir à Dieu, il a convoqué le peuple et a offert mille sacrifices au Seigneur. Waouh ! Bien aimés, même dans la peine et la douleur, Dieu reste Dieu et doit être honoré et placé au-dessus de toute autre chose. Dieu veut que nous rendions grâces en TOUTES circonstances (1Thess 5.18). C’est une façon de montrer que nous Lui faisons confiance. Comment réagis-tu quand tu perds quelqu’un ou quelque chose de cher?

2. Aime, soucie-toi et prends soin du peuple de Dieu
Dieu s’est acquis ce peuple à un prix inestimable : le sang de Son Fils. Fais attention à la manière dont tu traites le peuple de Dieu. « Pratiquons le bien envers tous, et surtout envers les frères en la foi » (Gal 6.10). La Bible nous exhorte à aimer notre prochain comme nous-mêmes, mais Jésus nous demande à maintes reprises, de nous aimer les uns les autres, de l’amour dont Il nous a aimés. Autrement dit, nous devons aimer le peuple de Dieu, nos frères et sœurs dans la foi, plus que nous ne nous aimons nous-mêmes. Voilà le signe distinctif du vrai disciple : aimer le peuple de Dieu de l’amour de Christ – c.à.d. être prêt à mourir pour les frères… Je rappelle au passage que si c’était humainement impossible, le Seigneur ne nous le demanderait pas. Il n’est pas sadique et Il sait de quoi nous sommes faits.
‘Meurs’ pour le peuple de Dieu. tue ton égo, tue ton 'Moi' profond. 
  • Sacrifie ton temps: ne zappe pas les réunions. Visite les frères.
  • Sacrifie ton estomac: Jeûne pour les frères.
  • Sacrifie tes ressources. Utilise de temps en temps l'argent que tu avais mis de côté pour la dernière chaussure à la mode ou la dernière coiffure ou un voyage, pour venir en aide à un frère ou à une sœur dans le besoin. 
  • Mets les intérêts des frères et sœurs avant les tiens. Oui, certaines personnes pourraient chercher à profiter de ce genre de disposition, même dans la bergerie du Seigneur; et c'est pour cela que Salomon a demandé la sagesse et l'intelligence (certaines versions ont, le discernement). Ce que je veux dire, c'est que quand Dieu regarde ton cœur, Il doit toujours voir quelqu'un qui est prêt à sacrifier quelque chose pour Son peuple. 
Salomon désirait sincèrement le bien du peuple. Il n’est pas devenu roi pour son gain personnel, ou pour les opprimer. Il aimait, respectait le peuple de Dieu et voulait sincèrement le bénir.

Je vais m'arrêter ici pour l'instant. Le dernier point, celui qui m’a inspiré cet article, est plutôt long et je ne veux pas m’étendre outre mesure. Je conclurai donc la semaine prochaine. Entre temps, il y a ici suffisamment de matière pour nous faire cogiter longtemps

À ta prospérité!


lundi 11 mai 2015

Attention à l’ange de lumière…

Ce n’est pas parce qu’une chose semble noble, inoffensive ou anodine, qu’elle ne pose pas de problème à Dieu. Dans mon avant-dernier post, je disais que David avait voulu construire un magnifique temple à la gloire du Dieu d’Israël. Le projet était noble et avait été approuvé par le prophète Nathan, mais Dieu a dit Non à David. Cette semaine, nous allons considérer un autre projet de « l’homme selon le cœur de Dieu. » David s’est levé un jour et a décidé de recenser le peuple. Quel mal y-a-t-il à cela, direz-vous ? A priori aucun. La preuve : Dieu avait Lui-même demandé à Moise de recenser le peuple à deux reprises (Nb 1 et 26). Et puis, en Luc 14 :28-31, Jésus demande : « Lequel de vous, s’il veut bâtir une tour, ne s’assied d’abord pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi la terminer…? … Quel roi, s'il va faire la guerre à un autre roi, ne s’assied d’abord pour examiner s’il peut, avec dix mille hommes, marcher à la rencontre de celui qui vient l’attaquer avec vingt mille? » Pour savoir qu’on a dix mille soldats, il faut les compter... Il n’y a donc aucun mal à faire un recensement ; pourtant, celui de David a provoqué la colère de Dieu et la mort de 70 000 personnes! Pourquoi ?

1) David était entrain d’oublier quelle était la Source de sa force. Après avoir remporté plusieurs victoires, il a commencé insidieusement à mettre sa confiance dans le nombre plutôt que dans l’Éternel des Armées ; Celui qui délivre autant avec un grand qu’avec un petit nombre. Joab a compris ce qui se passait dans la tête de son maître et il a essayé de le dissuader : « Que l’Éternel rende son peuple cent fois plus nombreux! O roi mon seigneur, ne sont-ils pas tous serviteurs de mon seigneur? Mais pourquoi mon seigneur demande-t-il cela? Pourquoi faire ainsi pécher Israël ? » (1 Chron 21.3). En vain. David a quand même donné l’ordre.

2) C’est Satan qui lui avait inspiré cette pensée. En effet, 1Chr 21.1 dit, « Satan se leva contre Israël, et il excita David à faire le dénombrement d’Israël. » Il n’y a aucun mal à faire un recensement, sauf si c’est le diable qui vous pousse à le faire ! Et si c’est lui qui vous pousse à le faire, c’est toujours pour vous détruire. De la même manière, il n’y a aucun mal à manger ce que tu manges, boire ce que tu bois, aller où tu vas, voyager, porter ce que tu portes, dire ce que tu dis et faire ce que tu fais, sauf si c’est le diable qui t’inspire à le faire. Et tu pourrais malheureusement ne pas t’en rendre compte, car Satan peut être si subtil que l’action ou le projet peut même sembler noble. Souvenez-vous de Pierre. Il s’est fait avoir. Quand Jésus les a informés de ce qui L’attendait à Jérusalem, Pierre L’a pris à part et Il L’a repris : « À Dieu ne plaise, Seigneur! Cela ne t’arrivera pas. » (Mat 16.22)  Sa réaction semblait profondément spirituelle, et elle l’était ; seulement, elle n’était pas inspirée par le Saint-Esprit, mais par l’esprit de l’antichrist ! Et Jésus a immédiatement répondu : « Arrière de moi, Satan! Tu m’es en scandale; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes » (vs 23).
Bien souvent, nous réagissons également aussi vite (et aussi mal) que Pierre. Quelqu’un est malade ? « Au nom de Jésus, tu es guéri ! » Tel frère risque de perdre son emploi ? « Au nom de Jésus cela ne se fera pas ! » Et on balance les versets bibliques. Notre réaction est certes spirituelle et empreinte de compassion, mais que dit Dieu dans cette affaire ? Et si Sa volonté était la Croix ?

En conclusion:

1) Ce n’est pas parce qu’une chose n’est pas explicitement interdite ou condamnée dans la Bible, qu’elle n’est pas péché pour autant. Contrairement à David, Joab a su discerner le péché dans ce fameux recensement : « Pourquoi faire ainsi pécher Israël ? » Satan se déguise fréquemment en ange de lumière (2Cor 11.14). Autrement dit, ses suggestions (i.e. la tentation) semblent toujours belles. Prends garde à ce que ta brillante idée ne se termine pas demain en véritable tragédie.

2) Fais attention à tes motivations profondes – Gare à l’orgueil !

3) Ne reçois pas tes ordres du diable. Jésus n’est pas tombé dans le panneau quand Satan lui a demandé de changer les pierres en pains pour assouvir sa faim (Mat 4). Changer les pierres en pain n’était pas mal en soi, mais Jésus ne voulait pas gratuitement étaler Sa puissance (l’orgueil) et Il n’avait pas d’ordre à recevoir du diable. Plus tard, quand Il a multiplié les pains et les poissons, c’était parce que Dieu voulait qu’Il fasse! Tu es un serviteur ou une servante de Dieu : obéis à ton seul Seigneur et Maître.

Que Dieu te bénisse tandis que tu passes une excellente semaine à déceler la présence de l’ange dans tes pensées.


mardi 28 avril 2015

Stp, prends seulement ton cadeau…

J’avais prévu autre chose pour cette semaine, mais quelqu’un m’a envoyé un article qui m’a fait changé d’avis. Je demande votre indulgence, au cas où vous auriez déjà lu le texte qui suit. Si tel est le cas, relisez-le quand même et réfléchissons ensemble aux questions qu’il suscite.

Un jeune homme, qui était sur le point de finir ses études universitaires, a dit à son riche père qu’il voulait une certaine voiture de sports qu’il admirait depuis des mois dans la vitrine d’un concessionnaire automobile, en cadeau. Le matin du jour de la remise des diplômes, son père l’a appelé dans son bureau. Il lui a fait part de son amour et de sa fierté de l’avoir pour fils, puis il lui a tendu un paquet qui était très bien emballé.
Curieux, mais néanmoins déçu, le jeune homme a ouvert le paquet qui contenait une superbe bible en cuir sur laquelle son nom était inscrit en lettres d’or. Dépité, le jeune homme a haussé le ton et a demandé à son père : « Avec tout ton argent, tu m’offres seulement une Bible ? » Puis, il a quitté la maison pour de bon, laissant la Bible derrière.
Des années ont passé. Le jeune homme avait fondé sa propre famille et réussi dans les affaires. Il s’est dit que ce serait bien de rendre visite à son père, qui devait maintenant être très vieux. Cependant, avant qu’il ne puisse mettre son projet à exécution, il a reçu un télégramme l’informant de la mort de son père. Ce dernier lui avait laissé toute sa fortune et il devait rapidement aller s’occuper des funérailles et de l’héritage.
De retour dans la maison paternelle, il a commencé à parcourir les documents importants de son père et il est tombé sur la fameuse Bible, tel qu’il l’avait laissée. Il l’a ouverte et s’est mise à la feuilleter, les larmes plein les yeux. Son père avait souligné un passage, Matthieu 7.11, « Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent. » Pendant qu’il lisait ce verset, une clé est tombée de derrière la bible sur laquelle étaient étiquetés le nom du concessionnaire qui vendait la voiture de sport, la date de sa remise de diplôme et les mots : « Payé en entier. »
L’article se termine avec la question : « Combien de fois avons-nous manqué les bénédictions de Dieu parce qu’elles n’étaient pas emballées comme nous nous y attendions ? »

Il y a beaucoup de leçons dans cette histoire. On pourrait par exemple parler des ravages de la colère et du manque de pardon ; des ravages du manque de communication ; des ravages de l’incompréhension et des préjugés ou des ravages du manque de respect etc. En effet, si ce fils respectait un tant soit peu son père, il se serait au moins donné la peine de prendre le cadeau. S’il connaissait suffisamment son père, il aurait su que son père ne pouvait pas lui faire pareille « blague » en un si grand jour et il aurait donné le bénéfice du doute…
Transposons maintenant cette histoire dans le contexte actuel. Imaginez que vous avez un besoin pressant d’argent pour investir, régler une facture, payer le loyer ou acheter à manger. Vous demandez à un riche parent de vous aider, mais au lieu de vous donnez la somme requise, il vous donne un verset biblique. Quelle sera votre réaction ? Serez-vous à jamais reconnaissant pour cette Parole ou bien maudirez-vous cette personne dans votre cœur, elle et son argent avec (maudire, c’est mal dire, mal parler)? Si vous êtes furieux et que vous maudissez ; en quoi êtes-vous alors différent du jeune homme et pourquoi l’argent est-il subitement plus important que la Parole de Dieu dans ce cas ? Est-ce que « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus » ou encore : « reçois la Parole et l’argent viendra ensuite » ne s’applique pas aussi ici ?
Autre exemple. Vous avez 30 ans ou plus et vous voulez désespérément vous marier.  Ça fait longtemps que vous priez et jeunez pour cela, mais au lieu que le Seigneur vous exauce, Il vous affecte dans une ville ou une organisation que vous détestez ! Vous devez y passer cinq ans et les conditions de vie sont difficiles. Vous n’êtes pas content du tout et après quelques mois, vous partez de là. Vous ne savez pas que Dieu vous a envoyé là-bas pour vous faire rencontrer le conjoint tant demandé, et vous partez avant de collecter votre bénédiction! Dieu a exaucé votre prière en vous affectant, mais vous ne l’avez pas compris...

Bien aimés, Dieu est BON ! Il n’est pas sadique. Il désire uniquement le meilleur pour nous. Je disais que si ce jeune homme connaissait bien son père, il ne l’aurait pas condamné aussi vite. Il se serait douté qu’il y avait surement plus que la Bible. Par ailleurs, même s’il n’y avait eu que la Bible, il lui aurait fait confiance que s’il avait jugé bon de ne lui donner que cela, il savait ce qu’il faisait. Son père l’aimait et était fier de lui, mais lui ne le savait pas. De la même manière, nous refusons ou méprisons souvent les « cadeaux » de Dieu, parce que nous ne Le connaissons pas et nous ne réalisons pas combien Il nous aime et est fier de nous. Sinon, nous Lui ferions entièrement confiance en toute chose.
Prends bien soin du « cadeau » que Dieu vient de faire. Au premier abord, cela ne ressemble probablement pas du tout à ce que tu espérais, mais si tu rends grâce et que tu te mets à le déballer, tu réaliseras que c’est en fait la réponse à tes prières. Après tout, Son don le plus sublime est arrivé jusqu’à nous, enveloppé dans des odeurs de bouse et de fiente : Jésus est né dans une étable et non dans un palais…

Excellente semaine en Christ Jésus, le Seigneur!